Depuis lundi mon Zéphir est "privé" d'école...

 

Oh non il n'a rien fait de mal pour être ainsi puni,

il a juste le malheur de dépendre d'un accompagnement spécialisé

pour pouvoir être en classe,

et en ce moment cet accompagnement fait défaut...

 

C'est chaque année la même rengaine,

j'attends notre tour en me disant chaque matin, est-ce que tout ira bien?

Et à la question de savoir comment cela se passe cette année avec Zéphir

(pour avoir traversé des épisodes noirs nous marchons sur des œufs ...),

je réponds souvent "So far so good"comme disent les anglo-saxons...

 

C'est assez classique malheureusement en France ces "soucis" d'accompagnement

qui rendent la scolarisation de nos enfants atteints d'autisme très aléatoire...

Fréquents car qu'ils soient AVS nommés par l'éducation nationale,

ou accompagnants du privé ou issus de Sessad ce sont des professions mal considérées,

mal rémunérées et mal encadrées (6h de formation pour les AVS)...

 

bref, l'autisme est un trouble, un handicap dans lequel l'état n'investit pas...

Ni dans l'accompagnement, ni dans les structures, ni dans les soins...

Le peu de choses bien qui existent sont soit expérimentales et non pérennes,

soit réservées à une toute petite partie de la population

et inaccessibles pour les autres enfants ou jeunes adultes...

 

Chaque année des "plans autisme" sont rédigés avec le plus grand soin

et les plus belles lettres, chaque année ils ne sont pas suivis d'une ligne...

Chaque année des familles quittent la France non pas pour l'eldorado,

mais pour pouvoir tout simplement mettre leur enfant souffrant d'autisme à l'école...

Pas rentables nos petits autistes? mais pourtant tellement bourrés de talents!

 

Alors ces jours "sans", je m'organise, je prends de l'aide pour Violette afin d'être disponible pour Zéphir

et nous essayons de transformer un jour "sans", en journée "avec"...

Avec maman, avec jeux, avec partage, avec rires, avec tout l'amour que j'ai pour toi mon grand garçon!

 

Mais malheureusement, ces moments sont toujours difficiles

car la triste réalité nous revient irrémédiablement à la figure...

Un jour de semaine les grands jardins parisiens sont tous désertés,

car les enfants, TOUS les enfants sont à l'école...

Et mon garçon se retrouve alors seul au monde,

comme il l'est bien trop souvent dans sa tête...

Il appelle les deux trois enfants (des touristes japonais) "les copains"...

Et mon cœur se serre face à sa solitude, sa différence...

 

Et pourtant, il est tellement,

mais tellement extraordinairement different si vous le saviez mon enfant!

 

Alors à la veille de la journée de sensibilisation à l'autisme,

syndrome qui touche 1 enfant sur 150,

je vous invite à parler à vos enfants de nos enfants différents,

à leur dire combien ils aimeraient pouvoir jouer et s'intégrer à leurs histoires,

même si cela leur demande beaucoup d'efforts car loin d'être bêtes,

ils fonctionnent tout simplement différemment...

 

nos enfants sont rejetés et montrés du doigt au quotidien, nous passons nous parents

pour des parents qui éduquent mal leurs enfants, à chaque sortie dans la rue, au parc,

dans les magasins nous avons l'estomac noué, de peur qu'il se passe un imprévu, un incident...

 

Demain jeudi 2 avril mettez du bleu, ouvrez vos yeux et vos cœurs et sensibilisez votre entourage,

ici l'autisme nous y sommes sensibles tous les jours...

Merci pour eux

💙